Gospel Reflections

Feast of Holy Thursday

John 13:1-15

Feast Day Reflection by Sister Honorine Yamba

Published: April 02, 2015


Jesus’ Last Meal with His Disciples

At first sight, this Gospel is about Jesus’ last meal with his disciples, but the evangelist provides also a contrast in the episode of the washing of the feet. This is a text full of actions and gestures: these are not laudable gestures but those of servants. At that time, it was customary to bring water so that, on entering the house, the host or hostess was able to wash the guests’ feet. Often, servants presented the guests with the water and a towel and sometimes did the washing for them. A family member could, with exception, take this responsibility to honor a noteworthy guest.

All of us have had or do still have certain responsibilities, not only in leadership roles but in all our ministries for the Congregation and the Church. Certain individuals among us can testify that in ministries where we have served our Congregation, we were unable to be intergrated into the community, and even less into the society. At one time, places at table or in chapel were determined by rank, and leaders giving service to non-leaders were considered different or strange.

When Jesus begins to wash the feet of his disciples, he overturns all sense of order. He takes the place of a servant. He honors his disciples. He washes their feet at the time of the meal. And not at the moment of entering the house. This is a word in action (v. 7 and 12). This is a life of communion which they are celebrating. When France experienced recently the terrible take-over and murders by terrorists, the simple gesture of François Hollande in embracing the victims’ families moved the hearts of the people more than all the speeches. He put himself into the boots of others and became one of them.

The washing of the feet marks normally the crossing from the outside to the inside of the house. This gesture of Christ marks also a crossing over---an entering of the disciples into another type of relationship with him and among themselves. "If then I have  washed your feet, as your Lord and Master, you also must wash the feet of one another." (v 14).

Before coming to table, the disciples did not think about details of hygiene, as for example the washing of their feet. Jesus washed them in such a way that there was nothing repugnant. Sometimes it is difficult for us to be near a person whom we judge to be dirty or poor: in church, at a theatre or a conference. We even espouse an attitude of defending our reasons for not exchanging the kiss of peace with this poor person or one who is differnt from ourselves.

Why does Peter resist Jesus who wishes to wash his feet? We can attribute this attitude to respect; a change is often shocking. Face to face with recalcitrant Peter, Jesus insists so much because for him, it is this communion which is at play: "If I do not wash you, you will have no part with me." (v. 8) This participation with Christ implies a double transformation: Jesus the Master becomes the servant. And the disciples are transformed into friends. (Jn 15,13-15)

Questions

What transformations do our relationships need among us ?
In our search for peace and justice, how can we be the image of the goodness of God in this world ?
Is there a coherence in myself in what I live and what I preach ?


FRENCH

Le dernier repas de Jésus avec ses disciples

A première vue, il s'agit du dernier repas de Jésus avec ses disciples, mais l'évangéliste met en relief l'épisode du lavement des pieds. C'est un texte plein d'actions et des gestes; pas des gestes louables mais les gestes d' esclaves. Il était d'usage, à l'époque, d'apporter de l'eau pour qu'en entrant dans la maison, les hôtes se lavent les pieds. Les esclaves, qui leur présentaient un bassin d'eau et un linge, le faisaient parfois pour eux. Un membre de la famille pouvait s'en charger exceptionnellement, pour honorer un invité de marque.

Toutes, nous avons exercé ou exerçons encore certaines responsabilités; pas seulement dans le domaine de leadership mais dans tous les services de la congrégation et de l'Eglise. Certaines d'entre nous peuvent témoigner que la position qu'elles ont souvent occupée dans la congrégation ne leur permettait pas de s' intégrer au groupe (communauté), moins encore à la société. Dans le temps, les places étaient déterminées à tables, à la chapelle. Une supérieure qui pouvait servir ses sœurs, pouvait être regarder drôlement.

Quand Jésus se met à laver les pieds de ses disciples, il bouleverse l'ordre. Il prend la place du serviteur. Il honore ses disciples. Curieusement, il leur lave les pieds "au moment du repas," et non pas au moment d'entrer dans la salle. C'est une parole en acte. (v7 et 12). C'est une vie de communion qu'ils célèbrent. Quand la France a connu les moments de bouleversement par les terroristes, le geste simple de François Hollande qui a embrassé les familles des victimes a plus ému les cœurs des gens plus que les discours. Il s'est mis dans les bottes des autres. Il s'est fait un des leurs.

Le lavement des pieds marque normalement le passage du dehors au-dedans de la maison. Ce geste du Christ aussi marque un passage, l'entrée des disciples dans un autre type de relations avec lui et entre eux. « Si donc je vous ai lavé les pieds, moi le Seigneur et le Maître, vous aussi vous devez vous laver les pieds les uns aux autres. » v 14. Avant de venir à table, les disciples n'ont pas pensé aux détails d'hygiène, comme par exemple se laver les pieds. Jésus les a lavés tels qu'ils étaient, sans répugnance. Parfois il nous est difficile de nous placer à côté d'une personne que nous jugeons sale ou pauvre: à l'église, dans une salle de théâtre, à une conférence... Il nous arrive d'épouser une attitude de défense pour ne pas échanger la paix avec ce pauvre ou cette personne qui est différente de nous.

Pourquoi Pierre résiste-t-il à Jésus qui veut lui laver les pieds? Je peux attribuer cette attitude au respect , un changement est souvent choquant. Jésus insiste tellement vis à vis de Pierre récalcitrant parce que c'est la communion qui est en jeu: « Si je ne te lave pas , tu n'as pas de part avec moi. » (v 8) Cette participation au Christ suppose une double transformation, Jésus, le Maître, se change en serviteur. Et les disciples sont transformés en amis. (Jn 15,13-15)

Questions

De quelles transformations nos relations entre nous ont-elles besoin?
Comment être l'image de la bonté de Dieu dans ce monde à la recherche de la paix et de la justice?
Y'a t-il une cohérence en moi dans ce que je vis et je prêche?

 

 

« View all Gospel Reflections