Gospel Reflections

Cinquième dimanche du temps ordinaire

Luc 5:1-11

Sunday Gospel Reflection by Sœur Honorine Yamba

Published: February 07, 2016


La pêche miraculeuse

Le texte commence par la foule qui se serrait contre lui à l'écoute de la parole de Dieu; il se tient au bord du lac de Génésareth. Le fait d'être au même niveau ne facilite pas la communication et l'écoute car beaucoup de ses auditeurs ne le voit pas. Bien souvent quand Jésus enseigne il va sur une place élevée comme la montagne, cette fois-ci, il est au bord du lac. Pourquoi un tel choix de place?

Si nous nous référons à l'Ancien Testament, l'eau est symbole de lien visible entre le ciel et la trre. Dans le Nouveau Testament l'eau devient conductrice de divinité et de vie éternelle. L'eau est un besoin premier à la vie de toute créature. L'eau a une force constructive et destructive. Dans beaucoup de cultures, l'eau joue un rôle purificateur... C'est ce cadre que Jésus choisit pour enseigner la foule pour mettre ses interlocuteurs à l'aise.

Le récit ne nous dit pas que les pécheurs aussi écoutent la parole, ou bien ils ont ce désir comme la foule - non. Ils lavent leurs filets, ils sont préoccupés par leur pêche; soucieux de ne rien trouver toue la nuit. Ils pensent aux enfants et aux femmes qui attendent avec joie leur retour pour préparer un  repas copieux. La déception et la frustration les envahissent quand soudain quelqu'un monte sur l'une de barque, un inconnu  - sans demander leur autorisation. 

C'est la barque qui appartenait à Pierre. Souvent Pierre est décrit comme quelqu'un d'impulsif et primaire.  Ici, il ne dit rien, il laisse faire - il ne comprend rien - que lui veut-il? Pourquoi sa barque? Le pire de choses est que Jésus lui demande de quitter le rivage et d'avancer un peu; puis il s'assit et de la barque, il enseigne les foules.  Pierre oublie ses propres soucis et se met à la disposition de Jésus qui était dans le besoin.  Il obéit sans mot dire.  

Il y a un adage français qui dit: "Qui donne reçoit."  Le temps de Pierre n'est pas perdu. Quand il eut fini de parler il demanda à Simon d'avancer en eau profonde et de jeter les filets plus loin... Une autre épreuve... Simon trouve cette autre demande déplacée mais il obéit encore malgré le peu d'explications qu'il donna. Mais il ajoute: "Sur ta parole, je vais jeter les filets". Quelle capacité d'écoute! Une écoute qui transforme, qui change tout l'être de la personne. Pierre découvre la puissance divine de Jésus. Il le reconnait comme Seigneur.  Depuis ce moment, Jésus les appelle, lui et ses compagnons. Laissant tout, même les poissons, ils le suivent; car l'appel est plus fort que le reste.  Jésus les appelle à une mission qui dépasse leur entendement. Ont-ils compris?

Cette histoire est la nôtre.  Nous avons toutes été appelées un jour, dans quel contexte étais-je? Comment ai-je répondu?  Quel que soit le milieu social d'où je viens, j'ai un petit trésor que j'ai du laisser pour suivre le Christ, lequel?  Suivre le Christ ne va pas sans sacrifice, grâce à son obéissance, Pierre a découvert qui est Jésus. Que signifie pour moi aujourd'hui "OBEIR"?  un langage du passé et déplacé?  Essayons de chercher le sens de l'obéissance dans nos vies.

 

« View all Gospel Reflections